Assurence chômage
Accueil Documentations Nos publications Nous contacter Formation syndicale Actualités Union Départementale Cadres FO94 Réagir avec Fo Journal  FO  Editorial du Secrétaire Général Congrès Juridique Nos Unions Locales Des syndicats à Créteil Les retraités Associations Adresses utiles Chiffres info Liens Internet Politique de confidentialité
11/13 rue des Archives  94010 CRETEIL Cédex      01 49 80 94 94                01 49 80 68 80

 

Assurance chômage

Indemnisation ASSEDIC

(mai 2014)

Le principe, c’est qu’un jour cotisé égale un jour indemnisé.

Trois paramètres sont pris en compte.

1 - La période de référence. C’est la période pendant laquelle on regarde si le demandeur d’emploi a travaillé, donc cotisé. Pour les moins de 50 ans, ce sont les 28 derniers mois à compter de la rupture du contrat de travail. Pour les plus de 50 ans, ce ne sont pas 28 mois, mais 36.

2 - La durée minimale de cotisation. Pour être indemnisé, il faut avoir travaillé au minimum 4 mois, soit 122 jours dans la période de référence.

3 - Les durées maximales d’indemnisation. Pour les moins de 50 ans, la durée maximale est de 24 mois. Pour les 50 ans et plus, cette durée est de 36 mois.


Exemple : un salarié qui a travaillé 4 mois dans les 28 derniers mois (il a moins de 50 ans) aura droit à 4 mois d’indemnisation. S’il avait travaillé 7 mois, il aurait eu droit à 7 mois d’indemnisation.

Autre exemple : un salarié de plus de 50 ans qui a travaillé 27 mois aura droit à 27 mois d’indemnisation ; s’il avait travaillé 46 mois, il aurait eu droit à 36 mois, soit le plafond.

Ces règles s’appliquent à compter du 1er juillet 2014 pour les procédures de licenciements individuels ou collectifs engagées à compter de cette date. Si la procédure a été engagée avant, ce sont les anciennes règles qui s’appliquent.


Montant des allocations
Dans le cas général, le mode de calcul de votre allocation s’établit comme suit.
Une comparaison est effectuée entre :
40,4% de l’ancien salaire brut plus une partie fixe de 11,84 euros par jour ;
57% de cet ancien salaire brut ;
l’allocation minimale de 28,86 euros. C’est le montant le plus favorable pour l’allocataire qui sera retenu


Une réserve cependant, le montant de l’allocation ne peut jamais dépasser 75% du salaire journalier de référence.